C’est après un passage de quelques jours à Wanaka (où le temps n’a pas été très coopératif), que je me rends à Queenstown. Bien qu’elle soit loin d’être une des plus grandes villes de Nouvelle-Zélande, c’est une des plus connues, notamment en raison de son caractère sportif et de l’environnement qui l’entoure, ce qui en fait une véritable ville touristique.

Queenstown en Nouvelle-Zélande

Route entre Wanaka et Queenstown

Avant d’arriver, il y a un très beau panorama à voir

 

Queenstown, une ville sans grande attractivité… jusqu’à il y a peu.

Située dans la région de l’Otago, l’histoire moderne de Queenstown commence à peu près en 1860. S’il y a des traces du passage et de l’installation des maoris dans l’actuelle zone urbaine de la ville, ils n’étaient plus présent lors de l’arrivée des européens.
William Rees était un éleveur de mouton qui s’était installé à l’emplacement actuel de la ville afin de profiter des grands espaces de la région pour y développer sa ferme. Encore une fois, c’est la découverte d’or dans la Shotover River, plus au nord, qui va attirer des chercheurs d’or et des prospecteurs, à l’instar de Hokitika dans la West Coast. William Rees en profite donc pour transformer sa ferme en hôtel, nommé le Queen’s Arm, et plus tard le Eichardt’s Hotel. La ville se développe donc à l’époque autour de cet édifice qui deviendra emblématique de l’histoire de Queenstown.

Le vieux Queenstown pendant les années 1860

 

William Rees Statue - Queenstown_NZ

William Rees a droit à sa statue en tant que premier habitant de Queenstown

 

Après la fin de la ruée vers l’or, la ville perd beaucoup en attractivité, et durant la première moitié du 20ème siècle, elle compte environ 1 000 habitants.
C’est dans la seconde moitié du 20ème siècle que Queenstown connaît un regain d’attractivité, en se transformant notamment ville touristique.

En profitant de l’environnement qui l’entoure, la ville est devenue un incontournable de l’île du sud. Elle est entourée par des chaînes de montagnes qui possèdent plusieurs domaines skiables : The Remarkables, Coronet Peak, Treble Cone et Cadrona. Loin d’égaler les domaines skiables européennes en terme de superficie, ce sont tout de même les plus connus de Nouvelle-Zélande et de l’hémisphère sud. Queenstown, au centre des différents domaines skiables, fait office de véritable station de ski chaque hiver pour les nombreux touristes (locaux comme étrangers) qui viennent tâter de la poudreuse.

Les Remarkables

The Remarkables, pendant le printemps



La capitale des sports extrêmes

Loin de se limiter aux sports d’hiver, Queenstown est également une ville touristique de choix lors de la saison estivale. Grâce au grand lac Wakatipu qu’elle borde, elle profite d’un cadre extrêmement agréable.

Plage de Queenstown

Pas mal de personnes viennent se prélasser sur la petite plage de Queenstown

 

Plus encore, la ville est réputée pour les nombreuses activités qu’elle propose en rapport avec le sport extrême. Elle est d’ailleurs connue pour en être la « capitale » officieuse, et en fait un argument touristique de premier ordre. Le saut à l’élastique moderne (bungy jumping), inventé et popularisé par Alan John Hacket et ses collaborateurs en Nouvelle-Zélande, est un des symboles de Queenstown. C’est à côté de la ville, plus exactement au Kawarau Gorge Suspension Bridge, que fût créé la première entreprise au monde spécialisée dans le saut à l’élastique, en 1988. Le Nevis Bungy, toujours dans les environs de Queenstown, est le plus haut de Nouvelle-Zélande, avec une hauteur de 134m pour 8 secondes de chute libre.

Nevis Bungy - Queenstown

 

Fort du succès du saut à l’élastique, beaucoup d’activités se sont développées en parallèle pour donner à Queenstown ce titre de capitale de l’aventure : rafting, jetboat (hors-bord), saut en parachute, parapente, skateboard, vélo de montagne, ou luge d’été… Mais aussi des activités plus calmes comme la randonnée à travers les chaînes de montagnes qui entourent la ville, où encore une balade sur le vieux bateau à vapeur, le TSS Earnslaw, qui navigue depuis plus de 100 ans sur le lac Wakatipu.

Activités à Queenstown, Nouvelle-Zélande

 

Sans oublier les nombreux restaurants, dont le célèbre Ferg Burger, qui m’avait été vanté par l’un de mes hôtes en HelpX quand je lui ai dit que j’allais passer à Queenstown. Réputé comme faisant les meilleurs et les plus consistants burgers de Nouvelle-Zélande, les gens font la queue jusque dans la rue pour les goûter. Le restaurant est devenu une institution au sein de la ville.

Au final, le nombre d’activités proposées peut paraître disproportionné comparé à la taille de la ville, qui reste assez petite (elle ne fait que 25 km², et son centre se traverse très rapidement). Queenstown comptait un peu plus de 13 000 habitants en 2015, mais accueille plus de 2 millions de visiteurs par an (en 2011, 52% étaient Néo-Zélandais, et 48% des visiteurs internationaux).

Pour ma part, je réfléchissais depuis quelques temps à en profiter pour faire un saut en parachute, mais je ne savais pas trop à quel endroit tenter l’expérience. Le cadre de Queenstown m’a finalement semblé idéal, avec ses montagnes aux sommets enneigés qui entourent la ville d’un côté, et le lac Wakatipu de l’autre.

Skydive_Queenstown_07

 

Il faut savoir que le prix de ce genre d’activité est assez élevé en Nouvelle-Zélande, et plus encore à Queenstown où la ville en fait sa spécialité. Néanmoins, de fortes réductions sont régulièrement trouvables sur le site bookme.



Une place pour le cinéma

Au-delà du tourisme saisonnier et des sports extrême, l’environnement de Queenstown est une place de choix pour le tournage de films à vocation cinématographique ou télévisuelle. De Hollywood à Bollywood, nombreux sont les réalisateurs qui se sont laissés tentés par les charmes de la région de l’Otago.

Les exemples les plus célèbres sont ceux du Seigneur des Anneaux et du Hobbit de Peter Jackson. Les Remarkables, par exemple, ont servi de décor dans Le Seigneur des Anneaux : Les Deux Tours. De nombreuses scènes du Hobbit et du Seigneur des Anneaux ont également été tournées autour de Glenorchy (à l’est de Queenstown), les vallées vertes et les lacs déserts de toute activité humaine se prêtant bien à l’ambiance aventureuse et et mystique des deux films.

Lord of the Ring - Queenstown-Glenorchy

Cette scène du Seigneur des Anneaux a été tournée entre Queenstown et Glenorchy

 

Plus éloigné de la culture occidentale, Kaho Naa… Pyaar Hai est une comédie romantique indienne qui a été partiellement tournée à Queenstown. Sorti en 2000, c’est un des films majeurs de Bollywood qui recevra de nombreuses récompenses. Plus encore, les indiens découvrent la Nouvelle-Zélande par le biais de Queenstown, et de nombreux touristes entreprennent le voyage, dont la ville sera la destination phare. Les réalisateurs indiens de leur côté, sont convaincus des atouts du pays, et sont dans les années 2000, de plus en plus nombreux à venir y tourner des séquences.

Kaho Naa Pyaar Hai - Queenstown

Kaho Naa… Pyaar Hai, tourné sur les montagnes entourant Queenstown

 

Mais Queenstown ne se dévoile pas uniquement sur le grand écran : elle sert aussi de paysage à des spots publicitaires. La vidéo de la présentation de la caméra d’action GoPro 3, tournée en 2012, en est l’exemple le plus adéquat.
GoPro est une société qui commercialise des caméras de petite taille et utilise dans le cadre de sa stratégie de communication, des sportifs, afin de lui donner une image de caméra « performante » (à l’image des athlètes qu’elle met en scène). Queenstown, reconnue comme capitale du sport extrême, sert également à donner cette image à la caméra, en plus de montrer de beaux paysages.

Publicité GoPro à Queenstown

Séquence du spot publicitaire de GoPro 3, autour de Queenstown



Bien qu’étant une petite ville isolée dans la région de l’Otago, Queenstown a su tirer son épingle du jeu après le déclin de la recherche d’or, en devenant une destination incontournable en Nouvelle-Zélande. Personnellement, c’est un de mes coups de cœur : si la ville en elle-même est très banale en terme d’architecture, son environnement m’a vraiment captivé, d’autant plus que l’on ne s’ennuie pas au vu du nombre d’activités proposées, aussi bien en hiver qu’en été.

Panorama de Queenstown

Un partage sauve un mouton :